Que visent les ateliers ?

Page en préparation

 

Les ateliers pèlerins, ce sont mes moments privilégiés du mois. Ils me permettent de m’unifier à la Parole de Dieu à partir de morceaux d’évangile et de me l’approprier en douceur sans longs sermons.La gestuelle, la marche lente m’invitent à visiter mon intériorité en vivant cette parole en mouvement, mouvement qui me permet d’être plus réceptive et de me déployer vers une ouverture d’écoute .Habiter mon geste, c’est enclencher l’interrupteur “ouvert”. Je m’éveille à lui , à l’autre, au regard .  J’improvise ... j’emboite mon pas à celui de mon guide et me laisse entraîner sur ce sentier de vie. Je me nourris.  Quelques fois je trébuche sur mes faiblesses,  la douleur est bonne car elle me recadre et me construit.C’est un moment de ressourcement, de bien-être, de réciprocité à vivre en unité  avec le groupe. C’est un bienfait pour mon évolution personnelle au quotidien.  Je n’attends pas l’atelier suivant pour déposer mon kilo de fardeaux ou pour y vivre à 100/100 en vérité.  J’avance en cadence avec mon Cœur et j’y trouve mon équilibre. En conclusion, vivre la gestuelle des pèlerins c’est ouvrir en grand la porte, oser la rencontre et le don de soi.

 

La spécificité des Pèlerins danseurs … ?  La prière gestuelle te donne une dimension plus vraie dans la prise de conscience que c’est ton corps qui prie : il ne réfléchit pas, il se laisse façonner sans commande et le ressenti est plus profond.Les moments calmes mais forts alternés aux moments d’allégresse où nous osons danser avec Dieu peuvent se vivre sans complexe dans le groupe, qui reçoit l’autre dans le plus grand respect de sa liberté d’expression, où se vit une grande complicité.  La marche lente nous consolide, le mouvement devient offrande.  Par ces ateliers, c’est tout son être qui vibre.

 

Ce que je ressens de la spécificité des Pèlerins danseurs à partir du très peu d’expérience (2 mois)Les gestes et le mouvement du corps favorisent lintégration de la prière, de la paroleIl en sort de l’écoute, de l’entente, pas seulement au niveau intellectuel {moi-je en PRH}, pour que les autres instances de la personnalité {sensibilité, corps, être} soient touchées, impliquées.En cela, on découvre une unification pacifiante; on tend vers une unité intérieureEn outre, la dimension du groupe complète cette approche unifiante.  On sort de l’individuation, de son isolement pour faire communauté tout en respectant chaque individu dans un esprit de liberté. 

Marie-Thérèse